La vie de Jean Boiteux

Par : ggrimblot, 8 Septembre 2012 à 01:03

Originaire de Marseille, Jean apprend très vite à nager. Il faut dire que les exemples ne manquent autour de lui ! Tous ou presque sont d’anciens champions : sa mère, son oncle (selectionnés Olympiques) - son père, ses frères et soeurs (nationales).

Jean quitte tous ses proches à 14 ans, pour rejoindre Toulouse (DTOEC) et un nouvel exemple dans sa vie sportive : Alex Jany.

Trois ans, guidé par son coach Alban Minville, lui suffisent pour l’amener au plus haut niveau national sur 400 NL et 1500 NL. La même année (1950), il termine second au championnat d’Europe sur les mêmes distances.

Ses premiers records internationaux, il les bat en 1951, tout d’abord celui du vieux continent sur 400 NL (4’33"3), puis le record du monde du 4x200 (8’33").


En 1952, à Helsinki, c’est le point culminant de sa carrière, avec le titre Olympique sur 400 NL, et cette image qui a fait le tour du monde : son père qui le rejoint habillé dans le bassin pour fêter sa victoire (il s’agirait d’un pari...) !

 
 
 

Jean revient également de Finlande avec la médaille de bronze du 4x200 qu’il a remporté avec Bernardo, Eminente, et Jany. Depuis 1952, la France attend son successeur chez les hommes.

 

 

Jean Boiteux fait encore parti de la sélection Olympique en 1956 (9ème au 400, 6ème au 1500) et en 1960 à Rome (4x200NL).


À son retour d'Algérie et avant les Jeux olympiques de 1956, Jean Boiteux est nommé Conseiller technique régionale (CTR) auprès de la Fédération française en région Aquitaine, poste qu'il occupe jusqu'à sa retraite.

Dès 1956, il devient l'entraîneur de la section natation des Girondins de Bordeaux jusqu'à sa retraite en 1998.  Il devient alors le président des Girondins Natation, club qu'il va diriger avec beaucoup de réussite.

Le 11 avril 2010, il décède accidentellement. Plusieurs hommages lui sont rendus durant les jours suivants. Il avait 76 ans, était marié et père de trois enfants.

 


Récipiendaire de la Légion d'honneur, il est désigné Champions des champions français par le quotidien L'Équipe en 1952 après son titre olympique. Il a également le titre de « Gloire du sport » attribué par la Fédération des internationaux du sport français. Enfin, en 1982, l'International Swimming Hall of Fame, l'intègre à son panthéon de la natation mondiale.

Dans les années 1980, il assure dix années durant des responsabilités syndicales en présidant le Syndicat national des activités physiques et sportives (SNAPS).

Pratiquant le water-polo dans les dernières années de sa carrière sportive, il fait quelques infidélités remarquées à sa retraite en nageant par exemple en 1987, à 54 ans, le relais 10 × 100 m des Championnats de France suite au forfait de dernière minute d'un nageur de son club des Girondins de Bordeaux (il réalise alors 1 min 11 s 8 au 100 m lancé. De même, en 2006, à 73 ans, il participe à un relais 100 × 100 m organisé par l'Union Saint-Bruno.

 Il crée et organise le Grand Prix de Bordeaux durant la saison 1973-1974, compétition qui reçoit chaque année un plateau exceptionnel de nageurs européens.

 

Championnats de France 2006 à Tours






Plus de 50 ans au service des girondins

Dans la même catégorie :

0 commentaires